La villa sans voix

La villa sans voix, installation, Guer, 2016

 

La villa sans voix, détail d’ installation, estampe numériques, solution photosensibles sur aggloméré

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La villa sans voix, installation, solution photosensible, estampes numériques, aggloméré, pin, centre culturel, Guer, 2016

Son : Léo Prud’homme, Gravure : Perrine Labat, Photographies : Catherine Duverger, collaboration technique : La fine bûche
Estampes numériques, contreplaqué, pin.
Dimensions variables, environ 400 x 700 x 300 cm

La villa sans voix est une installation qui lie la gravure, la photographie et le son. Oeuvre tridimensionnelle elle est proche de la scénographie, le théâtre de perspective et le conte. Il s’agit d’une déambulation sensible dans un univers domestiques. L’espace de la photographie est perturbé : le sol se soulève, la vision se brouille, nous voyons à travers les murs. Les éléments les plus banals tels que le portail, la maison jouet dans le jardin retranscrit par la gravure prennent une dimension, un poid que seule la retranscription gravée peuvent montrer.

Le son accentue les perturbations. Ici, les prises de son directes du frigo, du vent, des portes sont travaillées afin de créer une fiction.